aller au contenu

Les gardiens de la Porte du Ciel

samedi 30 juillet 2016, par La Porte de Pierre

Il existe au nord de Tréhorenteuc un plateau schisteux qui débute à l’est, aux environs de Folle Pensée, pour descendre doucement à l’ouest vers Néant-sur-Yvel. On y trouve un paysage de bois et de landes où ajoncs et genets s’épanouissent en abondance. Il s’en dégage une atmosphère à la fois douce et austère, et l’on s’y sent à la fois loin de tout mais jamais seul.

Le site le plus connu de cette zone est le Jardin aux Moines. Son occupation s’étend d’environ 6000 ans avant J.C., à une occupation principale au néolithique moyen vers 3500 - 3000 avant J.C., jusqu’à un réemploi tardif au début de l’Âge du Bronze (2290 à 1695 av. J.-C.).

En fait ce quadrilatère mégalithique n’est que la partie visible d’un ensemble bien plus vaste qui compose une immense nécropole de l’époque néolithique puis de l’âge du Bronze. A ce jour, 5 tertres sont officiellement recensés. On parlait d’une dizaine au 19em siècle. Certains ont effectivement été détruits. Mais assurément, certains autres n’ont pas été répertoriés.

C’est ce à quoi je m’emploie, quand je peu me libérer, arpentant ces landes parfois austères qui ne vous laissent passer que si elles le désirent, tant elles sont jalouses de leurs souvenirs. De ces temps anciens où les hommes les arpentaient avec respect, ayant pleinement conscience du caractère si particulier de ces lieux.

C’est en revenant de deux heures de prospection, tout griffé par les ronces et les ajoncs, que j’ai remarqué qu’un petit compagnon cheminait à mes côtés, à moins de 20 mètres de moi... Une petite belette, pas du tout effarouchée m’accompagnait sur mon chemin et dans mes pensées. Nous avons fait une centaine de mètres en parallèle, quand subitement elle a décidé de venir sur mon chemin, et me tournant le dos, de s’asseoir en plein milieu de mon passage. Surpris que cet animal se mette en travers de ma route en me tournant le dos, je me suis arrêté conscient que quelque chose n’était pas "normal" dans cette situation. A bien la regarder puisque j’étais à peine à dix mètres d’elle, j’ai pu constater qu’elle était en arrêt pour observer le bosquet d’arbres à 10 mètres devant elle. Ce bosquet semblait plus l’intriguer que moi qui pourtant étais bien visible, juste derrière elle. Ma belette était positionnée comme un vaillant petit soldat semblant me protéger d’un danger. En fait, elle m’indiquait où regarder...

J’ai donc pris la photo du moment...

Je vous laisse admirer ce petit animal si gracieux et qui a joué son rôle de messager.
Plus loin, si vous zoomez sur le bosquet, vous y découvrirez de nombreux ... visages... dont l’un est particulièrement visible et "souriant".

Sur l’instant je ne les ai pas vu. Juste le comportement "anormal" de ma belette experte. J’avais conscience qu’il se passait quelques chose. Le ressenti était, intensité du moment et grand sérénité, confinement de ce petit bout de chemin enfoui presque de façon oppressante dans la verdure et pourtant sentiment de plénitude et d’immensité.
Au moment de cette rencontre, mes pensées et mon énergie étaient tournées vers ce projet qui me tient à cœur, celui d’identifier et de promouvoir un chemin à thème archéologique partant de Tréhorenteuc et allant jusqu’à ce plateau si riche en histoire. Au delà d’un simple phénomène de paréidolie, j’aime à voire dans ce visage souriant, le signe d’un accueil favorable et d’un encouragement pour ce projet, de la part de ceux qui ont vécu en ce lieu, y sont morts et ont voulus y être inhumés en espérant la paix éternelle.


Belette r
Belette zoom r

J’espère un jour prochain pouvoir partager tout cela avec nos visiteurs en quête de racines et d’authenticité. L’idée est d’amener le public sur ces sites en compagnie de guides conteurs, qui pourront lui expliquer archéologiquement les lieux, et les faire revivre grâce à leur verve de conteurs. Les Offices de Tourisme sont déjà en attente, les élus des communautés de communes sont preneurs. Il reste à formaliser tout cela cet automne et cet hiver avec les autorités et compétences locales.

A bientôt en Brocéliande !

PS : A ce jour un chemin de randonnée au nom très pertinent de Porte du Ciel, part de Tréhorenteuc, traverse une lande riche en "antiquités" gallo-romaines, dans laquelle on peut remarquer des traces sans âge, laissées par le passage des charrettes, http://laportedepierre.com/Traces-dans-la-lande-Ancienne-voie, puis arrive au Jardin aux Moines pour partir vers l’est.
En fait, j’espère pouvoir baliser un chemin partant vers l’Ouest, là où se trouve nombre des sites enfouis. Ouest où se couche le soleil, nous guidant vers le monde des morts, ou autre-monde, celui de la renaissance. :))

Comme toujours, l’Encyclopédie de Brocéliande est une source très sérieuse et fournie d’informations sur ce patrimoine local.
http://broceliande.brecilien.org/Le-Jardin-aux-Moines
http://broceliande.brecilien.org/La-Butte-Ronde
http://broceliande.brecilien.org/Les-Buttes-aux-Tombes