aller au contenu

Vitrail du Zodiaque ou de la "Lux Perpetua"

samedi 8 août 2015, par La Porte de Pierre

Depuis plusieurs mois nous avons travaillé au réaménagement de la sacristie, afin d’offrir au public une vue sur le vitrail du Zodiaque, douzième vitrail de l’église.
Depuis le 3 Aout 2015, vous pouvez l’admirer dans toute sa splendeur.

porte3.jpg
electricite3.jpg
peinture_3_r-2.jpg
zodiaque_porte_r.jpg
zodiaque_pg_r.jpg

voici ce qu’en dit l’Abbé Gillard dans ses différents livrets ;

La Lux Perpetua
Livret 1 : La Lux Perpetua, c’est le nom par lequel on désigne le vitrail de la sacristie. Il représente le soleil entouré du Zodiaque, ce qui correspond à la lumière du corps, lumière qui doit durer jusqu’à la fin du monde. Et par-dessus, on a dessiné la croix du Christ. Elle est plaquée sur le soleil violacé et elle projette des flammes d’un rouge vif. C’est la lumière de l’Esprit, lumière qui doit tenir aussi longtemps que l’autre.
« Aussi longtemps que le soleil luira,
La croix du Christ resplendira ».

La croix celtique
Livret 1 : La présentation de la « Lux Perpetua » n’est pas une idée neuve. On la trouve depuis près de 1000 ans, sur ce qu’on appelle la croix celtique. Il y a des croix celtiques sur chacun des autels et spécialement sur la place de l’église. La croix celtique est caractérisée par un cercle entourant son croisillon. On a attribué différents sens à ce cercle. On a dit qu’il signifiait que de même que le cercle n’a ni commencement ni fin, la personne dont le corps fut crucifié était en réalité éternelle et donc qu’elle était Dieu. En ce cas il s’agirait d’un cercle véritable. Mais l’opinion la mieux établie suppose qu’il s’agit de la roue solaire ou plus simplement de la figuration du soleil. Et donc voilà encore une fois le soleil derrière la croix. Pourquoi ce rapprochement, sinon pour montrer la ressemblance de rayonnement du soleil et de la croix et indiquer que, partout et toujours, on les verra tous les deux.

Le Zodiaque est religieux.
Livret 16 : Pour lui, le Zodiaque fut inventé à l’époque sumérienne puis répandu en Egypte et dans toute l’antiquité. Puis, Moïse, saint Paul et des Pères de l’église ayant jeté sur lui la suspicion, des Papes Alexandre VI et Léon X ont ordonné qu’il fût enseigné aux prêtres et aux fidèles.
Le zodiaque est formé de douze signes qui sont groupés depuis des millénaires. On les présente en cercle ou sur un corps humain. Chaque signe du zodiaque a un numéro d’ordre, nombre sacré. Or sait-on que si le chemin de croix est ainsi ordonné, c’est aux nombres sacrés qu’il le doit ? L’abbé Gillard fait ainsi un lien direct entre la symbolique du zodiaque et celle du chemin de croix.

Une particularité de zodiaque de Tréhorenteuc, est qu’il tourne à l’opposé des zodiaques traditionnels. Habituellement le Bélier, premier signe du Zodiaque, est le secteur où le Soleil entre à l’équinoxe de printemps, le 21 mars, qui était la période de la nouvelle année dans les calendriers antiques. Mais pour l’Abbé la création qui est un reflet du divin doit se dérouler de l’alpha vers l’oméga. Or pour lui, la silhouette du poisson rappel l’Alpha, et les cornes du bélier l’Oméga. l’Alpha qui est, en grec, la première lettre de l’alphabet et dont la forme s’inspire de la queue du poisson représente le signe du poissons et l’Oméga qui encore en grec, est la dernière lettre de ce même alphabet et ressemble à un encornage de mouton, s’apparente au signe du bélier.

Aussi dans la lecture des signes du zodiaque, ne passez pas de l’Oméga à l’Alpha, mais à partir du Poisson dans le sens inverse des aiguilles d’une montre vous ferez le tour pour rejoindre l’Oméga.

Article en cours de rédaction. A venir, les différents signes du zodiaque selon l’Abbé Gillard.


trehorenteuc_5.jpg

Pour mémoire, l’article sur la redécouverte de la mosaïque du chœur.