aller au contenu

Christ Pantocrator

Christ Pantocrator (du grec pan, « tout » et kratos « puissance ») inspiré de celui du tympan occidental de l’église de Til-Châtel en Côte d’or. Daté de la fin du XIIe siècle, il représente un Christ assis dans sa mandorle quadrilobée, levant deux doigts (cassés) de la main droite en signe de bénédiction, et tenant la bible de la main gauche.
La tête du Christ est rehaussée d’une auréole crucifère fleurdelisée. Il est assis sur un trône avec ses pieds reposant sur un animal. Il semble que ce soit un renard saisissant une poule, symbole du péché et des mauvaises actions.
Le visage a été restauré au 19e siècle par Viollet-le-Duc. Je me suis permis de restaurer les deux doigts manquant. Le décor de la couverture de la bible étant devenu illisible avec les siècles, j’ai opté pour un Séraphin, comme on les représentait au 12e siècle. La hiérarchie céleste plaçant les Séraphins juste après Dieu, il m’a paru approprié de faire garder la bible, réceptacle du Logos, par un des leurs. Le devant des accoudoirs est aussi une "proposition", les originaux étant devenus illisibles avec le temps.

Le Christ pantocrator est un Christ en gloire, c’est-à-dire la représentation artistique de Jésus Christ dans son corps glorieux par opposition aux représentations plus humaines du Christ souffrant la Passion sur la Croix, ou celle de l’Enfant-Jésus. Le Christ « Pantocrator » est une représentation privilégiée de l’art byzantin ; le Christ est représenté généralement assis sur un trône de gloire, tenant le Livre des Saintes Ecritures dans la main gauche et de la main droite esquissant un geste de bénédiction.

Travail d’étude permettant de passer du haut-relief original d’environ 30 cm de profondeur, à un bas-relief d’environ 5 / 6 mm de profondeur.

Format 105 cm par 83 cm. Panneau de bois de 15 mm. Dorure patinée au bitume de Judée.