aller au contenu

Licorne

Licorne

Format 72cm*59cm environ
Réalisé en chêne huilé et ciré.

120€

La licorne se retrouve aussi bien dans certaines cultures du moyen-orient, de l’Asie que du Moyen Âge. Elle est alors décrite comme un animal sylvestre, symbole de pureté et de grâce, que seule une vierge peut capturer, et sa corne possède le pouvoir de purifier l’eau de tout poison et de guérir les maladies. Symbole dès le 11-12em siècle de la Sainte-Vierge, elle en évoque donc les notions de pureté et d’immaculée conception, ce qui renvoie évidement à la genèse et à la consommation du fruit de l’arbre défendu, qui est l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Ce qui implique que la Vierge n’ayant pas consommé de ce fruit n’est pas rentrée dans cette dichotomique du bien et du mal, dans cette dualité que toutes les religions vont essayer d’expliquer et de maîtriser. Et la Licorne dans tout ça ? et bien elle ne possède qu’une seule corne et non pas 2 ! Elle n’est donc pas, à l’image de Notre-Dame, soumise à la dualité. (On comprend alors son pouvoir à purifier une eau empoisonnée, puisqu’elle à su résister au serpent dans l’épisode de la pomme). Dans l’iconographie de tous les âges, les cornes, voir même les couronnes, représentent des antennes en relation avec le divin. Plus les cornes sont grandes, plus vous êtes relié à Dieu. La Madone, dans son immaculée conception, reste hors de la dualité, ou comme on dit parfois dans un état adamique ou pré-adamique, c’est à dire qu’elle est en fusion complète avec Dieu. C’est le cas de toutes les Mères Divines et Avatars, et souhaitons le, un jour à chacun d’entre nous.« »